GROUPE D'ÉTUDE
Esthétique des Arts Informatiques
[ Genève, Uni-Dufour salle 259 
mardi 9 mars 1999 à 20h30 ]

Oeuvres procédurales

par Philippe BOOTZ, revue Alire (F)


La présentation s'articulera en 2 temps : le premier sera centré sur la spécificité de l'oeuvre programmée (et plus spécialement littéraire) au regard d'autres types d'oeuvres. Le second portera sur les perspectives esthétiques engagées par ce type d'oeuvres.
¹
Le premier temps visera à mettre en place une classification des oeuvres selon leur description dans un modèle fonctionnel. Il s'organisera comme suit :
  • Enonciation des dichotomies autour desquelles s'organisera le discours d'ensemble :
    • objet (matériel ou immatériel) / processus, introduisant les notions d'objet procédural et de lecture procédurale
    • point de vue de l'auteur/ point de vue du lecteur (en posant comme a priori que l'oeuvre peut revêtir des réalités différentes dans les deux points de vue)
  • Définition de la notion d'oeuvre procédurale et non procédurale du point de vue du lecteur.
  • Distinction privé/public et statut du lecteur-spectateur dans divers types d'oeuvres en art électronique (cf. Legible City de feffray Shaw, Breath de Ulrike Gabriel et Virtual Dreaming de Paul Sermon)
Un modèle fonctionnel général permettant de décrire un certain type d'oeuvres procédurales sera présenté, ainsi que son champ d'application.
S'en suivra une topologie des différents types d'oeuvres, avec leur représentation fonctionnelle. On discernera ainsi :
  • les objets non procéduraux à lecture non procédurale (ex : le livre classique) qui sert de point de référence à toute la description
  • les objets procéduraux à lecture non procédurale (ex : une bande vidéo de textes animés)
  • les objets non procéduraux à lecture procédurale (ex : un texte visuel de Benoit Carre, un texte-lieu)
  • les objets procéduraux à lecture procédurale ( ex : un texte animé programmé en situation d'exposition publique ; oeuvre ouverte au sens d'Umberto Ecco)
  • une oeuvre procédurale (ex : les 10 000 milliards de poèmes en version papier comme en version programmée).
La notion de contexte de lecture sera introduite comme critère de distinction entre les deux dernières catégories d'oeuvres.
Enfin l'examen de Prolix de Ch. Petchanatz permettra de compléter le modèle par la mise en évidence du rôle du non-lisible non-écrit décrit dans le modèle fonctionnel sous le terme de "données induites".
La définition complète d'un texte procédural sera alors donnée dans le modèle fonctionnel ("domaine du texte").
²
Cette définition du "domaine du texte", échappant déjà au strict point de vue du lecteur, nous amènera introduire le point de vue de l'analyste et à définir de façon plus générale une "oeuvre procédurale informatique". Nous pourrons alors ouvrir la réflexion sur des questions proprement esthétiques et proposer de nouvelles formes inédites (le générateur adaptatif: Stances à Hélène de Ph. Bootz; le poème à-lecture-unique: l'Oeuvre Verrouillée).
Emergeront alors deux points de vue esthétiques en concurrence : le point de vue mimétique et le point de vue fonctionnel.

Une typologie des oeuvres procédurales et des objets procéduraux sera enfin établie en utilisant le concept de "machine de monstration" (machine abstraite moins puissante qu'un ordinateur et possédant les seules fonctionnalités nécessaires à l'exécution d'un type d'oeuvre donné).
Cette typologie permettra de caractériser, dans le modèle fonctionnel, les différents types d'interactivité. Chaque type sera illustré par un exemple tiré d'alire10.

Eléments bibliographiques:

Outre les "Notes" parues dans les différents numéros de la revue Alire, on lira avec profit ces quelques articles de Ph. Bootz:

  • "le poème à lecture unique", Les cahiers du CIRCAV n 3, université de Lille3, Villeneuve d'Ascq, 1993, pp. 111-121 [réflexion sur la lecture et description du fonctionnement du point de vue du lecteur de ce qui sera ultérieurement considéré comme la forme "à-lecture-unique". Ce texte contient également l'ébauche du modèle fonctionnel avec les premières définitions des termes "texte-écrit", "texte-à-voir" et "texte-lu"]
  • "Le poème vidéo et le poème à lecture unique : deux approches complémentaires", A:/littérature, MOTS-VOIR et le GERICO - CIRCAV, Villeneuve d'Ascq, 1994, pp. 75-87 [première description de la forme à-lecture-unique à travers l'exemple de Passage]
  • "Un modèle fonctionnel des textes procéduraux", cahiers du CIRCAV n8, éd. REXCAV, Villeneuve d'Ascq, 1996, pp. 191-216 [le texte fondamental, même s'il manque les données induites]
  • "L'approche procédurale en poésie informatique", alliage n33-34, ANAÏS, Nice, 1997 , pp.97-109
  • "le point de vue fonctionnel : point de vue tragique et programme pilote", livret alire10/DOC(K)S, MOTS-VOIR et Akenaton, 1997, pp. 28-47
  • "Notes : Une cartographie de la poésie digitale par les machines de monstration I partie", CDROM PC d'alire10/DOC(K)S, consultable par le bouton "édito" ou dans le répertoire édito du CDROM (fichier word de 16 pages)
  • "le poème à-lecture-unique : un générateur multimédia", rencontres média2, BPI en actes, Bibliothèque Publique d'Information, Paris, 1998, pp. 39-65 [présente la version actuelle du modèle fonctionnel et surtout donne une description complète de la forme à-lecture-unique]

[ ¤ ]

[retour]